La fête à Macron & la piqûre de rappel d’une infirmière

Qu’est-ce qu’on pouvait bien écouter le 5 Mai 1968 pour faire la fête ? Parce que qui dit Fête, dit Musique, Dance floor et Boule à facettes ! Demain ça sera la gueule de bois et on se souviendra peut-être du pourquoi… On se souviendra de ce que cachait l’ivresse de la veille, nos douleurs mises à découvert… Une petite piqûre de rappel peut être ? Juste pour faire le point sur les infirmières en France !

Pour satisfaire les plus curieux, le 5 Mai 1968 on dansait sur du Polnareff, du H. Léonard, du D. Mc Williams, Dutronc, Tom Jones et ce bon vieux Joe Dassin ! Vous écoutez Nostalgie 😉 Allez, je l’avoue, comme c’est la fête de Macron c’est plutôt sifflets et gilets fluos ! Du coup, c’est moins glamour on est d’accord et la gueule de bois plus légère… Mais, au cas où vous vous feriez quand même avoir, je vais vous faire un point écrit. Comme ça demain au réveil vous n’aurez rien oublié !

Pour les matheux : les infirmier(e)s en chiffres

Nous sommes tout de même une espèce en voie d’augmentation. Dans moins de 15 ans nous devrions être 650 000 infirmier(e)s et très exactement 657 800  en 2030. C’est à 2,8% que nous voyons notre profession augmentée par an. Ce qui veut dire que l’on passera de 760 infirmier(e)s pour 100 000 habitants (2006) à 930 infirmier(e)s pour 100 000 Français en 2030.

Notre profession fait partie des professions les plus appréciées des français. Mais si nous sommes les plus encensées nous faisons aussi partie du triste top 10 des métiers les moins reconnus et des plus mal payés. L’infirmier(e) française est la plus mal payé(e) d’Europe : 1484-1540 € en moyenne en France, 2700 € en Suisse, 3200 € au Danemark, 2662 € en Suède…

infirmier-burn-out-paye.jpg

L’infirmier(e) : Pour les fans de géographie

On ne soigne pas partout de la même façon parce que nos accès aux soins peuvent s’apparenter soit à des autoroutes soit à des voies de garages. En effet, nous sommes très loin d’avoir des distances domicile-maternité équilibrées à travers la France. On ne guérit pas identiquement sur l’Hexagone. La diminution des généralistes ne laisse presque d’autres choix que de se rendre au premier hôpital le plus proche, cette lumière qui reste allumée dans la nuit.

Nous sommes d’ailleurs très mal répartie sur le territoire notamment pour les infirmières libérales. Celles et ceux qui sont si précieux  dans leur présence et dans leurs soins qui vont de la piqûre à des soins plus importants. Pour donner une idée : il y a 330 professionnels pour 100 000 habitants dans le bassin méditerranéen et seulement 70 dans la Marne. Les zones les moins bien loties sont la Bourgogne, l’Auvergne, le Limousin et le Poitou-Charentes.

Le soignant et sa pratique : tout une histoire

Pour ceux qui comme moi sont en amour avec l’Egypte ancienne sachez que ce sont sur les papyrus que l’on retrouve les détails de cette science de l’observation médicale : la vitesse d’un cœur qui bat, le comportement des vaisseaux… Les soins étaient en mode GRATIS mon fils ! Ouah notre sécurité sociale n’en est pas encore là ^-^ Il y avait 6 commandements à l’époque qui étaient enseignés de manière obligatoire dans les écoles de médecine et d’infirmières de l’époque Alexandrie-Alexandra :

  1. « Poser des questions au patient, par étape calmement
  2. Faire une enquête d’entourage
  3. Trouver l’origine directe et indirecte de la souffrance
  4. Chercher l’existence d’antécédents familiaux
  5. En cas de rechute, vérifier si le traitement est convenablement pris
  6. Préparer un plan de soins, à court et moyen terme »

medecine-soignant-antique.jpg

L’infirmier(e) vu pour les psycho-socio-anthropologistes 😉

Notre profil est féminin à 88 % et entre 25 et 30 ans à 22,5%. Nous sommes à 85,7% en situation de CDI (contrat durée indéterminée). Ceci dit en y regardant de plus près notre « durée de vie professionnelle » ne cesse de baisser. Elle était de 7 ans et depuis quelques années nous tendons vers le 5 ans de durée de vie dans le milieu infirmier. Les particularités du travail sont nombreuses à savoir les risques du métier, la pénibilité, les horaires, le travail de nuit, l’usure des nerfs et la fatigue, le tout payé juste au dessus du SMIC qui aujourd’hui est à 1498 € (chiffre au 1er janvier 2018).

Fin 2011 c’est une enquête du CNI (Coordination nationale infirmière) qui révèle un bilan sans surprise mais éloquent. Toutes les catégories de soignants interrogés, des étudiants aux professionnels, tous s’avouent soumis à des « charges de travail importantes, tant intellectuelles et physiques qu’émotionnelles ».Nous sommes perçues comme la mère, celles et ceux qui vous verront partir, qui vous prendront la main, le dernier visage, l’ultime sourire…

Réagir ! Oui mais comment…

Je lisais encore récemment une infirmière sur ma page La Voie Du Soignant qui disait « on pourrait faire une grève, tous quitter nos postes. On obtiendrait peut être quelque chose mais ça augmenterait sûrement le taux de mortalité. Du coup d’un point de vue éthique peut mieux faire. » Et oui, nos équipes sont tellement verrouillées par les conditions de travail astreignantes, les réformes et les restrictions budgétaires, qu’aller à la capitale manifester ou faire la fête à Macron n’est pas une possibilité, ni même une option.

Cependant en Finlande, en 2007, les infirmières avaient déposé leur démission collectivement pour se faire entendre. « TOUTES LES INFIRMIÈRES DU PAYS AUX ABONNÉES ABSENTES« . Résultat : de 22 à 28 % d’augmentation répartie sur 4 ans. Ce qui équivaut à 350-650 euros supplémentaires par mois. Elles sont alors devenues les infirmières les mieux payées d’Europe !!! Est-ce qu’on ne devrait pas s’en inspirer ?! Un nouveau « Ni bonnes, ni connes, ni nonnes » autrement dit ça ne nous rapporte « ni gloire, ni argent, ni prestige ».

soignant-infirmier-voie.jpg

Bref…

N’oubliez pas en ce jour de fête à Macron pourquoi nous la lui souhaitons ! Ne perdons pas le nord de notre action, inspirons-nous en même ! Et n’oublions pas que lorsque c’est la fête, il y a des cadeaux !!! Et vous ça serait quoi le cadeau de la part de votre service, de votre cabinet, de votre EHPAD, de votre unité ??? Faites confiance à la créativité qui est en chacun de nous 😉

N’oubliez pas non plus que les actions locales peuvent avoir un impact parfois bien plus important que s’il s’agit d’une journée nationale par exemple ! Pour cela recréons du lien et serrons nous les coudes !

Belle fête et malgré tout n’oubliez pas que nos métiers sont beaux, héritages de savoirs que nous devons nous défendre d’oublier. Si jamais vous vous retrouvez avec la gueule de bois du burn-out et que vous ne vous souvenez plus pourquoi vous êtes devenu soignant: regardez ma petite vidéo, elle vous rafraîchira la mémoire des belles choses !

Prenez soin de vous !

Rhéa

Publicités

Une réflexion sur “La fête à Macron & la piqûre de rappel d’une infirmière

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s