Les Fleurs de Bach

Coucou les collègues mignons 🙂

Jeudi passé je vous parlais de ma formation de sophrologue. Cette fois j’avais envie de vous partager autour de mon expérience d’apprentissage en Fleurs de Bach.  Je me suis retrouvée à en prendre alors que je commençais à sombrer dans les eaux troubles de ce qui consume un bon paquet de personnes. Et en l’éprouvant moi même, je suis aperçue que c’était un outils de soin simple, qui fonctionne et qui pourrait compléter ma pratique de sophrologue. J’ai pu les apprendre et les découvrir par le biais de l’Ecole de Santé Holistique avec mon professeur qui curieusement, porte le même nom que ce médecin anglais: Dr Bach, Edward de son prénom 🙂 Ma tête en train d’essayer de rester hors de l’eau, a décidé de tenter le coup… Si ça vous intéresse, je vous raconte tout dans l’article 😉

Le Dr Bach : un visionnaire ?

Dans sa conception du soin, le Dr Bach m’a semblé quelqu’un qui voyait bien plus loin que son temps. Il nous parle finalement de maladies psychosomatiques, d’un état intérieur discordant. Autrement dit, la maladie est un déséquilibre entre le corps, voire nos différents corps énergétiques (éthérique, émotionnel ou astral, mental et transpersonnel) et notre état émotionnel. Alors que l’état de bonne santé serait un état d’équilibre harmonieux de toutes nos facettes psychiques, corporelles, énergétiques et émotionnelles. Voilà le tableau d’une vision qui se veut holystique. Son message ?

« Soigne la personne et non la maladie »

mimulus-bach
Mimulus

Pour le Dr Bach, nous n’agissons pas assez en cohérence avec notre âme et nous posons des actes autour de nous, pour nous comme pour les autres sans avoir conscience que de l’impact que cela a sur nous même. En conséquences, se sont ces « méprises » qui nous plongent dans des états de déséquilibres qui nous rendent malades et font que nous nageons bien plus souvent dans la souffrance que dans l’harmonie. Par exemple, notre défaut d’écoute profonde de nous-même, rend nos actions en inadéquation avec l’autre et par conséquent avec nous même. C’est pourquoi le Dr Bach n’est pas dans la clinique du symptôme, il s’oriente « en fonction des états d’âme négatifs qui sont susceptibles de provoquer des maladies physiques ». Alors, nous n’arrivons pas à sortir par la mauvaise compréhension de notre réalité intérieure.

Les quintessences de Bach

On décompte 38 essences de fleurs de Bach. Chacune d’elles appartient à un groupe relatif à un état d’âme, d’état d’être voire de traits de personnalité. Elles sont là pour ramener de l’équilibre ou renforcer un trait positif dans un moment où nous pourrions en avoir spécifiquement besoin. Il y a 7 groupes pour « classer » les 38 élixirs:

  1. Le souci en excès pour les autres (5 fleurs)
  2. La peur (5 fleurs)
  3. L’incertitude (6 fleurs)
  4. Le manque d’intérêt pour le moment présent (7 fleurs)
  5. La solitude (3 fleurs)
  6. L’hypersensibilité (4 fleurs)
  7. Le désespoir, l’abattement (8 fleurs)

Vous pourrez trouver des synergies en vente comme le Rescue qui est un mélange de 5 fleurs pour ramener au calm un être qui éprouve un stress ou vit une situation particulièrement difficile ou douloureuse. Aujourd’hui c’est un business qui marche extrêmement bien et donc il y a des formules qui varient et parfois il peut être difficile de s’y retrouve. On les retrouve en gommes, en spray, en gouttes etc… Personnellement, je préfère fonctionner avec les gouttes. Quand je réalise une consultation d’une heure, je prépare un mélange personnalisé pour les personnes à partir de ce qu’on appelle les teintures mères. C’est donc moi qui réaliserais la dilution.

larch-bach
Larch

Mais d’ailleurs, comment cela fonctionne ?

Les modes de préparations

Le Dr Bach a identifié au bout de plusieurs années de recherche des plantes et d’intuition qui atténuent nos souffrances et sont dotées de « forces de guérison ». Il les surnommait « nos joyeux compagnons du règne végétal ». D’ailleurs, pour la plupart d’ailleurs elles font parties des plantes médicinales.

Les plantes doivent être ramassées en milieu naturel, à sa plus grande maturité, à l’état sauvage autrement dit,  dans des endroits préservés. C’est pourquoi, il est permis en vue de ces conditions de pousse, de se poser des questions sur les gros industriels qui vendent des fleurs de Bach. La méthode du docteur consistait en une « macération solaire » ce qui est assez simple en fait. Les fleurs sont plongées dans un récipient d’eau de source. Le tout est exposé au soleil jusqu’à ce que l’essence de la fleur se soit diffusée dans l’eau. Cette dernière « imprégnée » de l’essence florale, sera mélangée à de l’alcool pour ensuite mener à la mise en petits flacons de ces concentrés floraux.

Lorsqu’il ne s’agit pas de plantes mais de petits arbustes et de buissons, la préparation se fait par « décoction ». Il y a une phase où l’on fait bouillir, puis on les filtre à plusieurs reprises et pour terminer, on verse dans ces mêmes petites bouteilles la « décoction » et l’alcool.

Les principes et le mode d’action

Le concept du fonctionnement des fleurs se base sur la notion que nous vibrons qui nous sommes. Ces vibrations énergétiques peuvent s’altérer au travers de notre évolution et de nos expériences. Bonnes comme moins bonnes cela reste des expériences qui nous transforment, qui nous touchent et nous font évoluer. Elles laissent donc des traces dans nos différentes sphères du corporel à l’émotionnel en passant par le psychique et l’énergétique.

La quintessence de fleur qui possède sa propre information, sa propre vibration va entre en relation avec cette partie de nous qui se trouve en déséquilibre. Ainsi la fleur entre en connexion avec notre personnalité et peut l’accompagner à se modifier. Je dis « accompagner » parce qu’il me semble que la fleur ne peut nous aider que si nous avons compris en nous qu’il y a un problème, que nous comprenons de quoi il s’agit, profondément et que nous décidons qu’il est temps de passer à autre chose et d’évoluer. Changer, se changer, c’est un travail de longue haleine pour lequel les fleurs de Bach peuvent être un véritable coup de pouce très efficace ! Il va de soi que dans tout travail sur nous même, il peut y avoir des hésitations, une envie de fuite et de retourner à des mécanismes qu’on connaît bien. Ils ne nous font pas du bien mais par le fait que ce n’est pas inconnu, ces modes de fonctionnement nous rassure. Il faut donc apprendre ou rester à notre écoute intérieure pour éviter une possible rechute. Il est bon de savoir également qu’il n’y pas d’effet secondaire 🙂

bach-impatiens
Impatiens

Quels effets ? Quels ressentis ?

Après les avoir utilisé à plusieurs reprises pour moi même, rien que leur apprentissage m’a amené à des prises de conscience de mon état d’être intérieur que je ne voyais pas clairement ou sur lequel j’avais du mal à poser des mots. Je me suis vraiment sentie accompagnée pendant mon apprentissage par ces fleurs. Nous les avons apprises les unes après les autres mais pas n’importe comment, en les piochant tour à tour. Ma première était Wild Rose qui est la fleur de l’églantier. Elle est là pour les personnes résignée, apathique, un peu au fond du saut et n’ont pas d’ambition pour l’avenir !!! Autant vous dire que ça m’a fait bizarre sur les 38 de piocher celle là. Comme quoi nous attirons à nous mêmes ce dont nous avons besoin lorsque nous reconnaissons que nous avons besoin de soutien ! C’est un exemple parmi d’autres ! L’impression est subtile mais je pouvais sentir des changements se faire: des phrases que je n’aurais jamais prononcées, des façons de réagir différentes… Je ressentais qu’il était plus facile de faire certains changements en moi, comme si je gagnais en souplesse intérieure et que cela facilitait les changements intérieurs que j’avais besoin de faire. Cela pourrait se traduire par un sentiment d’être réaligner. Tout dépendant bien sûr ce dont vous avez besoin et quelles sont vos difficultés.

Pour l’avoir expérimenter en tant que conseillère en fleurs de Bach, il m’est arrivée à plusieurs reprises d’avoir des coups de téléphone quelques jours plus tard de personnes qui m’appellent pour me dire que ça marche. Surprises elles mêmes, de l’aide que cela leur apporte ! Les problèmes rencontrés étaient très différents: perdre du poids, retrouver du sens dans leur travail, retrouver un sentiment positif par rapport à leur schéma corporel, un homme quitté par sa femme qui n’arrive pas à avancer,… Au milieu de tout ces portraits de grands sceptiques et pourtant beaucoup de réussites !!! « Je ne crois absolument en votre truc », « Ce ne sont que des plantes », « L’homéopathie n’a jamais fonctionné pour moi comment voulez vous que ces plantes fonctionnent sur moi », etc. Le fait d’être sceptique n’a pas entravé le fonctionnement des fleurs, la problématique est la même, sceptique ou pas. Si en vous, vous êtes prêts à ce que cela évolue et/ou que vous savez que vous avez besoin d’être accompagnés, les fleurs font leur travail point. Je pense qu’elles sont vraiment complémentaire d’un travail profond personnel, seul ou accompagné par un professionnel.

Voilà, je crois que j’ai fait le tour du sujet ! N’hésitez pas à me poser toutes vos questions auxquelles je me ferais un plaisir de répondre 🙂
Et surtout n’oubliez pas de prendre soin de vous pour pouvoir mieux prendre soin des autres !
La bise les mignons 🙂

R.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s