Qui suis-je envers moi-même ?

Nous nous oublions si vite dans ce quotidien où nous nous jetons à corps perdu. D’ailleurs que faisons-nous de ce corps qui nous supporte chaque jour ? Il fait parti de notre intégrité d’être que nous avons bien souvent oublié, comme perdu. Nous ne le remercions pas, nous l’écorchons, nous le malmenons, nous le délaissons… Chaque jour pourtant, il nous montre des signes de fatigue. Nous les voyons et nous comprenons alors qu’il est un peu tard.

J’entends déjà : « Mais c’est pas vrai, qu’est-ce qu’elle dit celle là, tous les soirs je mets de la crème des pieds  la tête… » Mouais, mouais… On nous aurait menti. C’est pas tout à fait ça les gars ^^ On ne nous a rien appris, mais on va y arriver !!!

« Je pense donc je suis ». Penser: est-ce vraiment la seule façon d’exister ?
En tout cas, nous n’avons jamais eu autant de pensées à la minute et de préoccupations qu’aujourd’hui. Nous nous sommes extériorisés chaque jour un peu plus pour oublier notre intériorité et l’écoute de notre corporalité. Ma première idée sera donc de vous proposer un questionnement autour de ce que vous sentez vraiment exister en vous : pensée et corps. Ecouter ce qui a peut être besoin d’être réveillé voir soigné, en vous ? Qu’est-ce qui ici et maintenant peut vous faire sentir exister davantage que l’instant d’avant ? Scannez-vous 😉

  • Un carambar devant un bon spectacle humoristique
  • Un sourire que vous adressez à quelqu’un pour le plaisir partagé
  • Vous étirez en douceur, pour le plaisir ( j’entends déjà les « Oh non pas besoin je suis déjà inscrite à ma salle de gym… si, si j’ai payé !!! ok… j’avoue j’y suis allée 2 fois 😉 )
  • Ecoutez votre respiration et soyez attentif au trajet que ce souffle effectue sans qu’on s’en aperçoive jour et nuit…
  • Vous êtes en train de marcher et si vous preniez conscience du prochain pas que vous allez faire et vous le modifier. Vous prenez le temps de poser votre pied l’un après l’autre.
  • Se prendre dans les bras comme on réconforte un ami

Bref : quelque chose de simple, pour vous, juste pour vous toucher, vous éprouver, et sans aucun doute vous faire plaisir 🙂

8287847786_61a11c0688_oLa route vers l’estime de soi, telle que je la conçois, part d’abord de cette notion du « SOI » que nous devons aller rencontrer. Mais toujours en DOUCEUR, avec PATIENCE, par ETAPE et surtout, dans la BIENVEILLANCE du corps et de l’esprit 🙂 C’est de l’ AUTO-BIENVEILLANCE que nous nous accordons si peu voir jamais !

Nous passons nos journées à en distribuer, à être là pour l’autre sans, très souvent, ne pas être là pour soi et ronger son frein en se disant que nous avons merdé, raté, ça aurait pu être mieux avec monsieur machin et madame untel… patati patata… bref : j’étais nulle ! Comprendre le passé de notre journée d’hier ne suffit pas à changer le présent de cette journée. Mais gardons à l’esprit que nous nous pouvons toujours être différemment PRÉSENT à cet instant. Eh oui, il faut agir, ré-agir, pratiquer et re-pratiquer. Changer s’apprend, c’est comme tout et en plus ce n’est pas si compliqué : il y a quelques astuces, quelques concepts et autre bla-bla qui aident. True Story !

4892984014_1d27ddc3fe_oLa bienveillance envers soi, c’est aussi accepter sa part de VULNÉRABILITÉ.
Bien trop souvent nous pensons que notre vulnérabilité nous rend fragiles, qu’elle altère notre qualité de vie, qu’elle nous fait beaucoup de mal au fond parce que nous ne semblons sûrs de rien. Et pourtant, la place que nous donnons à cette vulnérabilité est à la hauteur de ce qu’elle peut vous rendre plus faible ou plus fort.

La vulnérabilité est là chaque jour car elle a quelque chose à nous apprendre. Mais en attendant de la comprendre que faire d’elle me direz vous ? L’accueillir. Accepter qu’elle soit là, que ça nous fout les j’tons, qu’on a les glandes et les crottes de nez qui, putain, pendent, mais qu’à ce moment précis nous avons un choix : celui de subir la peur ou celui de se dire que cela va nous rendre plus consciencieux, plus attentif, et plus méticuleux dans ce que l’on s’apprête à faire. La vulnérabilité vient nous dire que la vie est dure et que lorsque nous nous sentons fragiles, il est temps de prendre soin de soi. A vos crèmes hydratantes !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Ahahahahahahah ^^

Gardons à l’esprit que changer un peu, c’est déjà beaucoup 😉
Si ce chemin, ces pensées, et le cœur vous en dit, vous touche, continuer à me suivre !N’oubliez pas de cliquer pour dire que vous avez aimé, ou laissez des commentaires : c’est toujours un plaisir de vous lire 🙂 Et si le clic vous en dis, devenez followers 😉

A bientôt !

R.

Publicités

4 réflexions sur “Qui suis-je envers moi-même ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s