Le cannabis thérapeutique

Le cannabis médical (appelé aussi cannabis thérapeutique, marijuana médicale ou marijuana thérapeutique) désigne le Cannabis sativa (désignation botanique du chanvre), et, par extension, l’ensemble des dizaines de phyto-cannabinoïdes destinés à un usage purement médical, généralement prescrits pour leurs vertus antiémétiques.

Le débat sur le cannabis en France revêt un caractère passionnel qui tantôt banalise, tantôt dramatise les effets de sa consommation. Sur cette controverse fortement médiatisée, le discours médical apporte un éclairage essentiel pour une juste perception des enjeux. La France va t elle s’y mettre ?

Rapide tour d’horizon… Le Canada, l’Australie, l’Italie, l’Allemagne, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Nouvelle-Zélande, l’Espagne, et certains États Américains, utilisent du chanvre comme antalgique. Analgésique ? Non pas seulement. Voici une liste non exhaustive de pas mal des bienfaits de cette herbe…

  • analgésiques
  • relaxantes et somnifères
  • anti-spasmodiques
  • anti-vomitives
  • stimulant l’appétit et redonnant l’envie de manger
  • broncho-dilatatrices
  • anti-inflammatoires
  • anti-psychotiques
  • anti-depresseur
  • anxyolitiques
  • sédatives
  • vaso-dilatatrices
  • stimulation de l’appétit, en cas de maigreur importante ou de cachexie chez personnes âgées en long séjour, les patients atteint d’une maladie d’Alzheimer ou du Sida… Et encore bien d’autre activités thérapeutiques sont établis sur un plans psychologiques…

Reste à ne pas ignorer que cette plante peut aussi déclencher des états paranoïdes, voir marquer le début d’un syndrôme psychotique telle que la schizophrénie… Il est donc important de bien refaire le point scientifique de ces vertus (ci-dessus) étalées sur Wikipédia et autres contenus car les propriétés thérapeutiques du cannabis n’ont pas encore été établies au niveau international. En effet, l’ONU classe  le cannabis comme un stupéfiant qui ne présente pas de propriétés curatives. Pourtant d’un continent à un autre, les mentalités et la culture médicales diffèrent…

Des craintes sanitaires subsistent encore concernant le cannabis. Au dernier congrès annuel de la société américaine de gastro-entérologie à Las Vegas qui s’est tenu en octobre 2012, des médecins-chercheurs ont mis en lumière un syndrome grave et rare lié à l’usage du cannabis. Ce syndrome se manifeste par des nausées et des vomissements à répétition. Ainsi que des maux abdominaux de vive intensité chez certains consommateurs réguliers.

Michel Reynaud, chef du service d’addictologie de l’hôpital Paul-Brousse à Villejuif (Ile-de-France) est plus tempéré. Selon lui, « la question n’est pas de savoir si le cannabis a des vertus thérapeutiques car la réponse est oui. Les niveaux de preuve sont bons dans de nombreuses indications et cette substance est une alternative ou un complément pour traiter certains patients. » Le problème viendrait de la manière dont le cannabis est consommé. « Le cannabis acheté tel quel, cultivé chez soi, fumé, entraîne un risque de dérive incontestable et de complications liées au fait de fumer – un cancer du poumon par exemple. »

Le cannabis est disponible sous forme thérapeutique (extraits de plantes ou de dérivés de synthèse comme le dronabinol, le nabilone ou le nabiximols) en comprimés ou spray oral. Que ce soit en Allemagne ou au Royaume-Uni, son utilisation médicalisée permet d’encadrer l’absorption des substances actives (cannabinoïdes) qui elles peuvent provoquer des troubles rénaux, gastriques ou d’addictions.

Nous verrons bien 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s